Étude sur les inégalités de santé en Île-de-France

Crédit photo Fotolia.com

Bien que bénéficiant d’indicateurs à priori plutôt favorables, la région Île-de-France est pourtant la région la plus inégalitaire. Première région économique de France, on y trouve à la fois les personnes les plus aisées, mais aussi les plus pauvres du pays. Ces inégalités se retrouvent également en matière de santé, comme le montre l’étude que la Mutualité française Île-de-France a faite réaliser par l’Observatoire des inégalités.

Contexte de l’étude

Dans le cadre des nombreuses élections qui ont lieu cette année, la Mutualité française, en tant que mouvement social, a souhaité que la santé soit mise au cœur des débats.

Le mouvement mutualiste attend des nouveaux élus de la République qu’ils se positionnent sur des questions majeures de santé tels que la maîtrise des restes qui ne cessent de croître, les déserts médicaux, le non remplacement des médecins qui partent à la retraite, les délais d’attente chez les spécialistes etc…

Le 1er décembre 2016, la Mutualité française a lancé Placedelasante.fr, un site participatif destiné à interpeller les candidats à l’élection présidentielle sur la santé et la protection sociale.

Désormais, ce site permet également de décrypter les programmes des différents partis aux législatives.

Les unions régionales mutualistes organisent partout en France, des débats sur les questions de santé dont les problématiques diffèrent d’une région à l’autre.

Pour alimenter ces débats sur la région francilienne, la Mutualité française Ile-de-France a fait réaliser une étude sur les inégalités de santé. Son objectif est de partager ce constat avec les différentes structures et les différents acteurs régionaux qui s’intéressent à ces questions, afin de réfléchir, ensemble, aux réponses à apporter aux problèmes constatés en matière d’accès aux soins et de santé publique.

Elle organisera ainsi un événement régional le 19 septembre prochain, afin d’interpeller et de sensibiliser les nouveaux parlementaires franciliens à ces questions.

Étude

L’Île-de-France bénéficie d’indicateurs, a priori, favorables qui sont cependant à nuancer :

  • Indicateurs sociaux économiques

La région la plus peuplée : La région se caractérise par une forte concentration populationnelle : avec 12 millions d’habitants, elle représente 19% de la population française métropolitaine sur 2% du territoire métropolitain. Cette population est principalement concentrée sur Paris (89% de la pop) qui représentent 27% de la surface de la région.

Une région plutôt jeune mais qui tend à vieillir : L’Île-de-France est une région globalement jeune qui présente un taux de fécondité plus élevé que la France métropolitaine contribuant à près d’un quart des naissances du pays. Si la population francilienne reste une population « jeune », elle vieillit. Entre 2007 et 2013, le nombre de personnes âgées de 85 ans et plus a augmenté de 31%. Cette évolution tend à s’accélérer dans les projections démographiques.

La région la plus riche mais aussi la plus inégalitaire : Les données moyennes sur l’Île-de-France  sont trompeuses : la région concentre à la fois la richesse et la pauvreté. Le revenu annuel médian de l’Ile-de-France est de 20 022 euros/an mais il est de 15 544 euros dans le 93- soit 11 660 euros de moins que celui du 92 et 4 500 euros de moins que le revenu médian annuel en France en 2013.

Le taux de chômage est de 8,8% en Île-de-France, mais de 13% en Seine-Saint-Denis en 2015.

Les inégalités socio-économiques sont particulièrement importantes en Île-de-France : en 2013, le taux de pauvreté de la région s’élève à 15,4% ce qui est supérieur à la valeur de la France métropolitaine (14,5%). Il est caractérisé par de fortes disparités territoriales : il atteint 27,8% en Seine-Saint-Denis.

  • Indicateurs de santé

On retrouve dans les données de santé la situation des indicateurs sociaux économiques : une moyenne supérieure à la moyenne nationale, mais des écarts importants entre départements.

La région est globalement en bonne santé, mais il existe des fragilités et des inégalités majeures :

On vit en moyenne plus vieux dans la région que dans le reste de la France (espérance de vie à la naissance de 85,9 ans chez les femmes et 80,8 ans chez les hommes en IDF c/ 85,4 ans et 79,3 ans en France métro – données 2014) mais il y a de grandes disparités entre départements : on vit en moyenne deux ans plus vieux dans les Hauts-de-Seine qu’en Seine-Saint-Denis.

La région francilienne présente des risques sanitaires spécifiques liés à la pollution de l’air, à l’insalubrité des logements et à la pollution des sites et des sols.

Une offre de santé francilienne présentant de nombreux atouts mais aussi des zones de fragilités importantes

Une offre ambulatoire avec de fortes disparités territoriales qui pourraient s’amplifier au regard des projections démographiques.